La bataille de France (poème)

Publié le par QUERE

 

La bataille de France

 

 

Trop bien assoupie pendant la drôle de guerre
L'armée reste sur ces principes adoptés naguère
Des généraux incapables, présomptueux
Ont rédigés des plans d'un autre âge et scabreux
Le fleuron de l'armée ira en Belgique
Là, nous les stopperons, c’est systématique !
La ligne Maginot garde les terres de l'Est
Pour les Ardennes infranchissables, prenons les restes

Notre grand généralissime GAMELIN
Est persuadé que pour l'ennemi, c’est la fin
En les voyant, il ne se fait pas trop de biles
Car ils seront stoppés sans problème sur la Dyle
Le plan en Belgique n'est hélas qu'une diversion
Le gros des panzers arrive avec l'aviation !

Les Ardennes sont franchies et la Meuse est passée
Charles DE GAULLE râle pour regrouper nos blindés
Pas question, nous les employons en bataillons
Pour former une digue de petits bouchons
Les bouchons sont tournés, GAMELIN est tout blanc
Faisons pour nous sauver appel à WEYGAND !

Pour Dunkerque et l'armée, il est bien trop tard !
WEYGAND, l'aide de camp de FOCH a un triste regard
Oui avec 40 divisions contre 120
Il n'y a plus rien à faire, c’est vraiment la fin !
Il faut tenir coûte que coûte pour l'honneur sur la Somme
Il invente le hérisson notre grand homme !

La tactique est payante et les panzers détruits
Mais chacune de ces glorieuses victoires à son prix !
Plus aucune réserve disponible, la fin est proche
Et malgré son grand courage, l'armée décroche
Voila pourquoi dans un wagon à Rethondes
La France, c’est inclinée en pleurant de honte

 

 

 

 

 

 

 

 

II L’occupation

 


En Juin 1940 la France est battue
Le peuple voit en un vieux maréchal son salut
La délation devient un sport national
Et le bon français crie nous voilà maréchal

 


Ou te caches tu résistant de la première heure ?
On n'en voit pas beaucoup dans ces heures de malheur !
Quelques uns cependant partent pour la Grande-Bretagne
Motivés par leurs idéaux et la castagne

Le peuple de France vous donnait de jolis noms
Traîtres, lâches et terroristes étaient vos surnoms
Qu'importe même si sur la France la bassesse déferle
Vous êtes toujours prêts à donner votre vie pour elle !

Braves des FFL vous aviez plus ou moins 20 ans
Oui vous avez pleuré pour vos copains mourant
Liberté, liberté, liberté aide nous !
Pour que ces sacrifices ne soient pas fait pour des clous !

En 1944 la victoire approche
Et de Paris à Marseille ont crie mort aux boches
A cette date bon nombre de français sont résistants
Porter un brassard bleu blanc rouge devient élégant !

C’est beau de torturer et de tondre des femmes !
Résistants de la dernière heure vous étiez infâmes !
Les vrais combattants ont du maîtriser vos ardeurs
Pour éviter à la France de nouveaux malheurs

Le but fût atteint et la victoire remportée
Les héros sont rentrés chez eux sans rien demander
Tandis que ceux de la dernière heure, les vautours
Pour deux coups de fusil attendaient un retour

 

 

L’histoire retient les vantards et non les héros

 

Devant les honneurs, nous ne sommes pas tous égaux

 

Et bien souvent les fleurs reviennent à l’orateur

 

Plutôt qu’à celui qui a affronté la peur   

 

 

 

Publié dans histoirefr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

francais 08/03/2016 12:40

manifique